Aidez-nous à grandir, faites un don...

 

parthages flashnews don picsNos activités sortent des sentiers confortables des subsides classiques mais heureusement d'autres pouvoirs, publics et privés, ainsi que des particuliers nous soutiennent.

 

Lire la suite...
Vous êtes ici: Accueil -> Il manque 150 familles d'accueil pour personnes handicapées à Bruxelles et en Wallonie
Mercredi, 20 Septembre 2017 08:10

Il manque 150 familles d'accueil pour personnes handicapées à Bruxelles et en Wallonie

Le réseau des services d'accueil, dont fait partie Philippe De Tandt, lance un nouvel appel - © S. Vandreck Le réseau des services d'accueil, dont fait partie Philippe De Tandt, lance un nouvel appel - © S. Vandreck

 Quant Eliane Dumont parle de Kevin, c’est avec beaucoup de fierté et d’émotion. Kevin a 20 ans, il est autiste et a été retiré à la garde de ses parents dès son plus jeune âge.

Depuis, c’est Eliane et son mari Bernard qui en ont la charge, en tant que grands-parents, mais surtout en tant que famille d’accueil. Kevin séjourne la semaine en institution, mais il passe certains week-ends avec ce couple de Pâturages. Même si ce n’est pas facile tous les jours, Eliane retient principalement les moments de joie avec le jeune homme: "Hier nous sommes allés à la petite fête organisée dans son institution, et il ne nous a jamais quittés. Il venait sans cesse nous prendre par la main, moi et mon mari. J’ai trouvé ça super". Comme chaque parent savoure les progrès de son enfant, ceux de Kevin leur ont fait chaud au cœur: "Je lui ai appris par exemple à être propre, ce qui n’était pas facile. J’ai dû prendre le temps de le faire. Maintenant, c’est parfait", se réjouit-elle.

 De l’amour, du temps et de la patience

Eliane et Bernard n’ont pas été laissés livrés à eux-mêmes pour assumer cette prise en charge. Le Service d’accueil familial provincial, situé à Mons, leur a fourni un appui, tant dans les démarches administratives, que lors de certains moments de découragements. "Tout le monde peut devenir famille d’accueil, parce qu’on met toute une équipe à leurs côtés. Nous sommes régulièrement dans les familles pour les écouter, les conseiller. Elles ne sont pas seules. Elles sont vraiment encadrées", insiste Philippe De Tandt, le responsable du service. Mais malgré cet encadrement, elles sont encore trop peu nombreuses à se manifester : il manque entre 150 et 200 familles d’accueil en Fédération Wallonie-Bruxelles. L’initiative reste en effet mal connue du grand public et ce type d’engagement fait encore peur aux familles. "Cela demande beaucoup d’amour, du temps et de la patience, poursuit-il. Comme tous parents, ces familles s’engagent à fournir un toit à l’enfant, une éducation, à répondre à ses besoins pour ce qui est des loisirs, des soins médicaux… comme tout un chacun ferait avec ses propres enfants ". Un message que le réseau "Accueil familial enfants adultes", l’AFEA relance aujourd’hui, dans une campagne intitulée "J’ouvre ma porte".

Informations supplémentaires

Joomla SEO powered by JoomSEF

Aidez-nous, faites un don...

Entrez un montant:

Copyright © Parthages asbl - Pour la Participation des Personnes Handicapées à la Société 2017

Template by Joomla Themes & Projektowanie stron internetowych.