Aidez-nous à grandir, faites un don...

 

parthages flashnews don picsNos activités sortent des sentiers confortables des subsides classiques mais heureusement d'autres pouvoirs, publics et privés, ainsi que des particuliers nous soutiennent.

 

Lire la suite...
Vous êtes ici: Accueil -> Le handicap, priorité pour Macron: les handicapés français en Belgique vont-ils partir?
Jeudi, 11 Mai 2017 06:04

Le handicap, priorité pour Macron: les handicapés français en Belgique vont-ils partir?

Emmanuel Macron veut mettre fin à l'exode des handicapés vers la Belgique. - © Flickr - Le web Emmanuel Macron veut mettre fin à l'exode des handicapés vers la Belgique. - © Flickr - Le web

Il en a fait une des priorités de son quinquennat. Le nouveau président français Emmanuel Macron veut faire du handicap une thématique centrale de son mandat. C’est d’ailleurs le sujet que le candidat d’En Marche avait choisi de développer en carte blanche lors du débat télévisé d’avant second tour.

Parmi ses projets, Emmanuel Macron entend créer des places pour les personnes handicapées. Une façon d’éviter l’exode des Français vers les institutions belges où ils sont plus ou moins 7000 actuellement, particulièrement dans le Hainaut. Du côté des institutions wallonnes, on suit donc avec attention ce qui se passe de l’autre côté de la frontière. Car un retour des Français chez eux pourraient évidemment avoir des conséquences, notamment pour l’emploi.

"Impossible de rattraper le retard en 5 ans"

Au Centre Reine Fabiola à Neufvilles, où 400 des 500 résidents sont de nationalité française, l’inquiétude reste toutefois très relative. "L’avenir nous dira comment ça va se passer dans les faits, explique le directeur Laurent Courtois. Mais, sans vouloir paraître présomptueux, il y a aussi un savoir-faire en matière d'encadrement du handicap chez nous. C’est historique d’ailleurs. La Belgique a développé ses compétences dans le domaine de longue date. La qualité du projet pédagogique belge reste donc très attractive pour les Français."

Du côté de la Ligue nationale pour les personnes handicapées, le président Xavier Jonnaert n’est pas plus inquiet. "La demande est très importante en France, fait-il remarquer. Il y a pour l’instant des balbutiements. Mais l’offre Outre-Quiévrain est nettement insuffisante pour combler la demande… Ce sera impossible de rattraper le retard sur un mandat de cinq ans."  

Emmanuel Macron n'est d'ailleurs pas le premier à vouloir aller dans ce sens-là. Cela fait plusieurs années que la France envisage une augmentation du nombre de places pour les handicapés sans qu'il y ait des conséquences pour les institutions belges. Des institutions qui reçoivent encore à l’heure actuelle de nombreuses demandes d’hébergement en provenance de l’Hexagone.

Des places pour les Belges ?

Si malgré tout des Français venaient à quitter les institutions belges, cela ne signifierait pas pour autant que leurs places pourraient être mises à disposition d’handicapés de nationalité belge. La prise en charge et l’accompagnement des personnes handicapées françaises qui résident sur le territoire wallon est en effet exclusivement assumée financièrement par l’Etat français.

"Il est donc totalement illusoire de penser que les personnes en situation de handicap qui viennent de France occupent des places qui pourraient être octroyées à des personnes handicapées de Wallonie, ajoute-t-on du côté du ministre wallon Maxime Prévot. Les structures spécialisées dans l’accueil de ces bénéficiaires n’auraient pas vu le jour sans ces Français. Au vu du contexte budgétaire, la Wallonie ne pourrait en aucun cas financer ces places même si elles venaient à se libérer. "

Informations supplémentaires

Joomla SEO powered by JoomSEF

Aidez-nous, faites un don...

Entrez un montant:

Copyright © Parthages asbl - Pour la Participation des Personnes Handicapées à la Société 2017

Template by Joomla Themes & Projektowanie stron internetowych.