S'inscrire à la newsletter

 

newsRestez au courant de l'actualité du handicap en vous inscrivant à notre newsletter...

Actualités sur la parution de nos livres, sur les événements liés au handicap, sur la langue des signes...

 

S'inscrire aux news maintenant
Vous êtes ici: Accueil -> Trisomie: besoin de moyens supplémentaires
Jeudi, 15 Juin 2017 06:15

Trisomie: besoin de moyens supplémentaires

-Monkey Business – Fotolia – Illustration -Monkey Business – Fotolia – Illustration

 

Des associations réclament des moyens supplémentaires pour l’accompagnement des personnes trisomiques.

La ministre fédérale de la Santé Maggie De Block a récemment débloqué 15 millions d’euros pour le remboursement du test prénatal non invasif (NIPT) de dépistage de la trisomie 21, mais des moyens supplémentaires sont nécessaires pour accompagner l’enfant et les familles après l’annonce du handicap, écrivent mercredi plusieurs associations. Le message de la ministre passe mal, déplorent ces groupes de défense et de promotion des droits des personnes en situation de handicap mental.

Le test de dépistage prénatal non invasif, qui permet de dépister le syndrome de Down (trisomie 21) chez le foetus, sera intégralement remboursé à partir du 1er juillet pour les femmes enceintes bénéficiaires de l’intervention majorée. La ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open VLD) a dégagé 15 millions d’euros pour cette mesure, qui rendra possible le remboursement de 100.000 tests par an.

Dans leur communiqué, Inclusion ASBL, Inclusie Vlaanderen et l’ANAHM ASBL se réjouissent que les familles puissent bénéficier d’un dépistage gratuit et sans risque, mais déplorent le manque de moyens pour l’accompagnement après la naissance de l’enfant. Les associations réclament par exemple que l’INAMI prenne en charge le remboursement de la logopédie pour les enfants avec un quotient intellectuel inférieur à 86.

«Quel message la ministre Maggie De Block envoie-t-elle à ces parents en accordant uniquement un budget pour le dépistage mais rien pour l’accompagnement?», demandent-elles dans leur communiqué. «Une telle politique doit permettre à tous ces enfants d’être soutenus dans leur différence, comme la Belgique s’est engagée à le faire en ratifiant la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées.»

Informations supplémentaires

Joomla SEO powered by JoomSEF

Aidez-nous, faites un don...

Entrez un montant:

Copyright © Parthages asbl - Pour la Participation des Personnes Handicapées à la Société 2017

Template by Joomla Themes & Projektowanie stron internetowych.