Vous êtes ici: Accueil -> Dernières actualités du handicap -> Au Havre, un petit garçon autiste déscolarisé veut retourner à l’école
Samedi, 11 Avril 2015 07:27

Au Havre, un petit garçon autiste déscolarisé veut retourner à l’école

La situation de Leydrick a ému les internautes qui ont signé la pétition et fait tourner sa page Facebook La situation de Leydrick a ému les internautes qui ont signé la pétition et fait tourner sa page Facebook

 

Éducation. Le petit Leydrick, 7 ans, a ému la communauté Facebook havraise. Autiste, le jeune garçon a dû être déscolarisé, faute d’auxiliaire de vie scolaire. Une problématique qui touche de nombreuses familles.

La bannière de la page Facebook qui lui est consacrée annonce la couleur : « Je ne suis pas mal élevé, je suis autiste ». Une phrase coup-de-poing illustrée par la bouille craquante de Leydrick Mervillon, 7 ans. Créée vendredi dernier par sa famille, totalement désemparée, la page avait récolté, dès hier, près de 1 500 mentions « J’aime ».

Le 2 avril, c’était la journée mondiale de l’autisme et des parents se rassemblaient devant le ministère de la Santé pour défendre le droit à la scolarisation de leurs enfants.

Ce même jour, au Havre, le petit Leydrick restait chez lui, obligé d’être déscolarisé. En effet, le contrat de son auxiliaire de vie scolaire (AVS) s’est terminé le 31 mars au soir et ne peut être renouvelé. Sans cette aide, et malgré tout le soutien de l’équipe pédagogique de la maternelle Kergomard où il est intégré, le petit garçon ne peut revenir l’école.

« JE NE VEUX PAS QU’IL RETOURNE DANS SA BULLE »

« J’ai toujours su que mon fils n’était pas comme les autres. Bébé, il n’a jamais réclamé son biberon. C’était à moi de veiller à lui donner son lait à heure fixe. Il ne regardait jamais dans les yeux et refusait tout contact physique. J’ai eu du mal à me faire entendre des médecins. C’est à la crèche qu’on m’a confirmé qu’il y avait un problème. Leydrick a été diagnostiqué autiste le 25 juin 2002 par le Crahn (Centre de ressources autisme de Haute-Normandie) », explique Lætitia Delaunay, sa maman. Une date qui est gravée dans sa mémoire. Un diagnostic qui a bouleversé la vie de cette famille.

Lætitia Delaunay explique que son fils a besoin de l’école. Leydrick est en effet très demandeur d’apprentissages. « On l’a déjà constaté, lors des vacances, il régresse. L’école est aussi essentielle pour développer ses interactions sociales. Lui qui ne supportait pas le moindre contact recherche désormais les bisous et câlins. Je ne veux pas qu’il retourne dans sa bulle », dit-elle encore.

Les spécialistes qui suivent Leydrick estiment qu’il serait mieux en IME (institut médico-éducatif)... Mais il n’y a pas de place pour lui actuellement. L’école est donc la seule option. Et l’Éducation nationale semble avoir pris la mesure de la situation.

« Celle-ci n’est pas désespérée, rassure Nathalie Le Moël, chef du service des AVS, nous cherchons une solution qui permettra à Leydrick de retourner en classe jusqu’à la fin de l’année scolaire. » En effet, il serait compliqué de recruter un AVS pour quelques mois. Mais certains auxiliaires en contrat n’ont actuellement pas d’élève à charge. « Nous cherchons la personne qui pourrait s’occuper de Leydrick. Nous devrions trouver cette semaine », affirme encore Nathalie Le Moël. En septembre, les compteurs seront remis à zéro avec un nouveau contrat.

Leydrick devrait pouvoir continuer à progresser. Ce sera à petits pas, certes, mais auprès de ses camarades de classe et d’enseignants qui tiennent à lui et croient en ses capacités.

MARIE-ANGE MARAINE

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Informations supplémentaires

Joomla SEO powered by JoomSEF

Copyright © Parthages asbl - Pour la Participation des Personnes Handicapées à la Société 2019

Template by Joomla Themes & Projektowanie stron internetowych.